Histoire d’Eyridian : la couverture

On ne doit pas juger un livre à sa couverture, entend-t-on de tous côtés. Si cela fonctionne au sens figuré, la couverture est pourtant souvent l’élément qui va pousser les lecteurs et lectrices à prendre un livre plutôt qu’un autre dans une librairie, une bibliothèque, ou sur internet. Une couverture, c’est un mélange subtil d’éléments légaux, de visuels, et d’informations. C’est une première porte vers l’univers que nous voulons partager. Grosse pression, donc !

J’ai recommencé à écrire sérieusement le quatrième tome des Chroniques d’Eyridian il y a quelques jours et, comme souvent, j’ai débuté la réflexion autour de la couverture (pour moi c’est important d’avoir une première idée de ce à quoi elle va ressembler avant de terminer mon livre, je t’avoue ne pas savoir très bien pourquoi). J’ai donc posté sur Facebook une question :

Le tome 1 est brun, le tome 2 bleu, le tome 3 rouge… À votre avis, le tome 4 sera… 1 ) Jaune 2 ) Orange 3 ) Vert4 ) Violet5 ) Multicolore

Slået op af Lil'artLørdag den 18. juli 2020

Le nombre de réponses et leur qualité (merciiiii !!!!) m’ont décidée à écrire cet article. Je vais essayer de t’expliquer un petit peu comment j’ai conçu les couvertures des trois tomes d’Eyridian.

C’est parti !

La couverture du tome 1

Pour celles et ceux qui connaissent la genèse du premier tome, ce ne sera pas une surprise : cette couverture est la seule à avoir été créée après que touuuute l’histoire soit terminée. Me basant sur les contes, étant dans le genre de la fantasy, je voulais, au départ, faire comme une couverture de livre en cuir sur laquelle serait gravé dans des lettres dorées le titre des Chroniques.

J’avais déjà dessiné, avant même d’avoir écrit l’histoire, le collier d’Alyssa. Cette petite tortue de jade devait se trouver sur ma couverture, c’était sûr et certain. Restait à voir comment l’intégrer dans mon idée de couverture de cuir.

J’ai ouvert Photoshop (rencontré durant mes études mais clairement pas mon logiciel préféré NI celui que je maîtrise le mieux) ainsi que quelques tutoriels sur Youtube…

Ça a donné ça.

Comme tu le vois, il y a un vrai gouffre entre ce que je voulais réaliser et ce que j’étais réellement capable de faire. J’ai également réfléchi à mon pseudo d’autrice durant toute la création de la couverture (mais ce sera peut-être l’objet d’un autre article ? Dis-moi si cela t’intéresse de savoir pourquoi j’ai choisi ce pseudo plutôt qu’un autre en commentaire !). Bref. J’aimais beaucoup le rendu de la quatrième couverture, mais sans la tortue, l’ensemble me paraissait vide et très froid. Photoshop a un effet de peinture qui me semblait ressembler pas mal à du cuir « poilu » (je voulais des poils pas des écailles !!! Même si, réflexion faite, cela aurait été plus logique ahaha ) et j’ai décidé de partir là dessus.

Je me suis dit que ce serait sympa si, plutôt qu’avoir bêtement une couverture toute vide, je pouvais intégrer un motif d’arrière-plan qui représenterait un élément important de l’histoire. Pour moi, clairement, l’endroit le plus important du premier tome, c’est la Forêt Noire. C’est par elle que tout change et se transforme. J’ai donc décidé d’intégrer un visuel de forêt à la couverture. Gardant l’idée du cuir, je suis restée sur des tons bruns, ce qui matchait également parfaitement avec le thème de la forêt !

Cela me semblait également intéressant que le nom de la série globale (donc « Les Chroniques d’Eyridian ») soit placé sous le collier d’Alyssa, cela me donnait l’impression de quelques chose de plus vivant. A la base, je voulais redessiner le collier pour faire comme s’il était réellement posé sur le livre, en relief et tout, mais la flemme m’a rattrapée, je l’avoue.

Finalement, après beaucoup de tâtonnements et des tests sur les fonctionnalités de Photoshop que je ne connaissais pas (notamment les différentes façons de « fusionner » visuellement une image avec le calque d’en dessous), j’avais ma couverture, qui a reçu un petit coup de frais lors de la parution du deuxième tome pour homogénéiser les visuels. Je ne voulais pas que la forêt soit « trop » visible, je voulais qu’elle soit vraiment intégrée au maximum avec la couverture, c’est pour cela qu’elle est stylisée (un touuut petit peu moins dans la version finale) , alors que je suis partie d’une photographie à la base.

Et voilà !

Les couvertures des tomes 2 et 3

Je voulais qu’il soit bien clair que les tome 2 et 3 étaient les suites du premier. Qu’il y ait un élément visuel fort qui rassemblent toutes les couvertures. C’est le collier d’Alyssa.

Je me suis dit que jouer sur les couleurs et sur l’élément de fond pouvait être une bonne idée pour différencier les différents tomes.

Ainsi, le tome deux, dont l’action importante me semble se dérouler essentiellement à côté de la mer, est bleu et le motif d’arrière-plan est une énorme vague. J’ai également ajouté un effet « mosaïque » car cela rappelle l’architecture de Karnev, ville très importante dans l’histoire. Si tu regardes vraiment attentivement, tu verras que le reste ne change pas : il y a toujours le petit effet « cuir poilu », et les effets sur les titres sont les mêmes.

Pour le tome trois, l’élément important que je voulais mettre en arrière-plan est une vallée couverte de brume (qui est la fameuse Vallée aux Miroirs, ou du moins dont le visuel s’en approche). La couleur rouge représente le danger, la passion, mais c’est également la couleur de la Reine Mère, et si tu veux savoir pourquoi elle est importante à ce point, je t’invite à lire le livre !

Dans les réponses au post Facebook, beaucoup m’ont parlé de l’alternance ton chaud/ton froid et avaient tout à fait raison. Le tome 4 serait donc dans une couleur plus froide, et normalement, si j’arrive à faire ce que je veux… il sera vert !

Pourquoi, à ton avis ?

Je te souhaite une belle journée et je t’envoie plein de bonnes ondes ! J’espère que cet article t’a plu et n’a pas été trop long. Si tu veux d’autres articles de ce type sur des éléments précis dans la fabrication de mes romans, dis-le moi en commentaire !

Oh, et également, si l’autoédition t’intéresse, j’ai écrit deux articles invités sur le Scribouillard, qui te donnent des pistes pour te lancer correctement dans l’aventure. J’y mentionne, dans la première partie, les infos légales qui doivent figurer sur les couvertures de tes merveilleux romans !

Lire l’article (partie 1)
Lire l’article (partie 2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.